Le Katana

Le nihontō tel que nous le connaissons aujourd’hui avec sa courbe gracieuse et accentuée trouve son origine dans le shinogi-zukuri (lame à simple tranchant avec une ligne droite) qui a été développé à un moment donné dans la période Heian (782-1180) pour répondre aux besoins de la classe militaire croissante. Sa forme reflète cette époque, où la cavalerie devint l’unité prédominante au combat et l’ancienne ligne droite chokutō était particulièrement inadaptée au combat à cheval. L’épée courbée est une arme beaucoup plus efficace lorsqu’elle est tenue par un guerrier à cheval où la courbe de la lame affecte grandement la force vers le bas transmise lors de la coupe.
estampe-katana
 

La production d’épées en fer a commencé au Japon à la fin du IVe siècle, lorsque les Mongols ont envahi le Japon à partir de la Corée en introduisant leurs cimeterres, comme le dao chinois, qui est ensuite devenu le katana que nous connaissons aujourd’hui.

Les Japonais ont appris la technique du durcissement différentiel des Chinois. Plus tard, dans la période Heian (782-1180), les épées japonaises prennent la forme incurvée classique, sont plus longues que les katanas (tachi) ; elles sont souvent utilisées à cheval et portées avec le bord de la lame vers le bas.

Pendant la période Kamakura (1181-1330), la technologie de production a atteint des niveaux sans précédent et les fameuses « cinq écoles » de maîtres épéistes sont apparues, correspondant à cinq zones minières :

École Yamashiro (Kyoto) : lames fines et élégantes
École de Yamato (Nara) : lames semblables à celles du Yamashiro, mais plus épaisses le long de la côte ; le grand Masamune, le fabricant d’épée le plus célèbre de tous les temps, appartenait à cette école
École de Bizen (Okayama), où 70% de toutes les épées de l’ancien Japon ont été produites ; elles sont reconnaissables par une série de détails, y compris la courbure caractéristique (sori), également appelée Bizen sori
École de Soshu (Sagami) : épées larges, longues et lourdes.
École Mino (Seki) : similaire à la précédente.

Le katana, tel que nous le connaissons, a commencé à apparaître vers le milieu de la période Muromachi (1392-1573), en particulier avec la massification des combats dans le Sengoku Jidai ; il s’agit essentiellement d’une révision des sabres de cavalerie utilisés dans les siècles précédents, qui sont adaptés pour être utilisés comme infanterie. Ce sont des lames plus courtes avec une courbure moins prononcée ; elles ne sont plus montées en configuration tachi, mais en uchikatana (c’est-à-dire avec le bord de la lame vers le haut). Beaucoup de vieilles lames sont raccourcies (o-suriage) et transformées en katanas.